Aller au contenu principal

Science et Vie

Avril 1913, le premier numéro de La Science et la Vie sort en kiosque. Plus de 100 ans après, le magazine de vulgarisation scientifique publie toujours un numéro chaque mois.

Cette revue a été réfléchie pour « l’usage personnel » de son créateur : Paul Dupuy. Paul Dupuy est en 1913 un des dirigeants du Petit Parisien qui se vante d’être « le plus fort tirage du monde entier » (1 millions d’exemplaires vendus par jour). Paul Dupuy voulait un magazine de vulgarisation scientifique qui soit un juste milieu entre des brèves scientifiques trop courtes dans les quotidiens et des ouvrages scientifiques trop volumineux. En s’inspirant de périodiques américains comme Popular Science et Popular Mechanics, il créé La Science et la Vie. Rapidement le titre connaît un certain succès, il est publié à 100 000 exemplaires mais nécessite des réimpressions des premiers numéros devant la forte demande des lecteurs.

L’étude des couvertures de Science et Vie permet d’observer les changements de la société du XXe siècle à travers le prisme des sciences et des technologies. La couverture est un élément accrocheur sensé donner envie aux lecteurs d’acheter et de lire le magazine, c’est sa porte d’entrée. L’illustration doit donc être très attractive.

Pour en savoir plus

Science et Vie

Directeur : Matthieu Villiers

Issy-les-Moulineaux : Mondadori France, 1913-...

[Magasin 2, Per 8

Se déplacer avec Science et Vie

Un cinquième des couvertures des 60 premières années de Science et Vie représente des moyens de transport. Les déplacements des hommes et des biens sont un enjeu majeur du XXe siècle. Les moyens de transport sont plus volumineux et se déplacent de plus en plus vite. Les couvertures illustrent alors les records de vitesse ou le déplacement d’avions ou de bateaux gigantesques. Science et Vie n’hésite pas non plus à décrire les moyens de transports du futur (avion hélicoptère individuel par exemple.)

 

La « Fée Electricité », des barrages hydroélectriques au nucléaire

La production d’électricité et son utilisation sont également représentées sur les couvertures de Science et Vie. Des images de barrages hydroélectriques ou de turbines servant à la production électrique montrent que l’électricité est une énergie majeure au XXe siècle. Après la seconde guerre mondiale, Science et Vie montre aussi toutes les possibilités qu’offre l’énergie atomique : chauffage atomique, train atomique, avion atomique, etc. Mais le magazine prend également conscience des risques relatifs à la radioactivité en publiant par exemple le journal inédit d’un médecin d’Hiroshima.

Couverture avec un prototype d'avion à hélices
Couverture avec un astronaute

Des observations astronomiques à la conquête spatiale

L’astronomie est une discipline scientifique souvent étudiée dans Science et Vie. La conquête spatiale à partir des années 1950 est largement illustrée sur les couvertures, Science et Vie n’hésitant pas à imaginer les étapes de la conquête spatiale avant même leur réalisation. Certaines couvertures évoquent dans un futur très proche, la conquête de Mars ou Vénus.

 

Science et Vie au secours du quotidien

Dans les années 1950, Science et vie s’intéresse à la vie quotidienne. Les Trentes Glorieuses débutent et permettent aux Français de s’équiper d’appareils de confort moderne (appareils électroménagers, voitures, etc.). Plusieurs couvertures sont ainsi consacrées aux arts ménagers et aux apports de la science dans ce domaine. Le magazine publiera également des articles guidant les lecteurs dans leurs choix de téléviseur, d’appareil photo, de fusil, de motos etc.

Couverture avec un couple dans sa cuisine
Couverture avec une marée noire sur une plage

De nouvelles sciences dans Science et Vie : les sciences sociales

Il apparaît peu à peu dans Science et Vie de nouvelles disciplines scientifiques : les sciences sociales. Le magazine s’interroge alors sur la société et les relations entre les individus. Ainsi une grande enquête sur « la femme cette inconnue » est publiée dès 1955. Le magazine s'interroge aussi sur les bienfaits réels de la science et commence à montrer les limites éthiques de certaines technologies.

 

Ecologie, les premières inquiétudes

Dans les années 1960, les premières questions écologiques apparaissent à l’occasion de grandes catastrophes industrielles (la marée noire du Torrey Canyon en 1967 par exemple). La pollution atmosphérique commence également à être considérée avec l’augmentation du nombre de véhicules en circulation. Science et Vie reste cependant confiant dans la science pour trouver des solutions techniques pour remédier aux problèmes.

Science et Vie face aux conflits mondiaux du XXe siècle

Malgré les mobilisations et les pénuries des conflits mondiaux, Science et Vie parvient à traverser les deux conflits majeurs du XXe siècle.

Pendant la Première Guerre mondiale, la publication est arrêtée pendant les premiers mois du conflit avant de reprendre avec un rythme plus ralenti d’un numéro tous les 2 mois. Les numéros sont exclusivement consacrés à la guerre et montrent toujours acquise la victoire française. Les couvertures évoquent la puissance de l’armée et mettent en avant les moyens militaires modernes.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, la publication ne connaît pas d’arrêt pendant toute la drôle de Guerre. Sa publication sera interrompue uniquement pendant la rapide campagne de France entre mai et juin 1940. Rapidement la publication reprend dès septembre 1940. Le magazine ne semble pas connaitre de censure et publie parfois des couvertures étonnantes mettant en scène, un Panzer allemand bombardé par un avion allié. Science et Vie traverse la guerre et poursuit sa publication à la Libération.

Couverture avec un char d'assaut et une explosion

La publicité dans Science et Vie

Science et Vie bénéficie de nombreuses publicités dans ses pages. Dès les premiers numéros elle est présente et elle permet d’imaginer les produits ou services qui sont susceptibles d’intéresser le lecteur de Science et Vie. Dans les premières années, ce sont essentiellement des publicités tournées vers des appareils électriques de toutes sortes, on est encore dans le miracle de la fée électricité. Puis de multiples écoles de formation à distance apparaissent dans les colonnes de la revue. Avec l’avènement de la société de consommation de masse, une multitude de publicités parfois très hétéroclites apparaissent dans le magazine (bible, globe lumineux, méthode de développement personnel, etc.).

 

Les rédacteurs de Science et Vie

Avec plus de 1 200 numéros, de très nombreux rédacteurs ont participé à Science et Vie. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, ce sont principalement des savants ou des personnalités politiques ou publiques (Prix Nobel, homme politiques, militaire, etc.) qui rédigent des articles de vulgarisation sur leur domaine de recherche. Puis après la Seconde Guerre mondiale, un  comité de rédaction se met en place. Les rédacteurs des articles sont alors des journalistes formés aux sciences. Les scientifiques participent toujours au magazine mais sous forme d’interview le plus souvent.